Peluches – outils de manifestation

Bonjour à vous,

Après quelques temps sans écrire, j’ai une petite poussée ce matin, alors que je trouve la réponse à une question qu’on m’a posée à plusieurs reprises et pour laquelle je n’avais que des ébauches de réponses. Ma famille et mes amis connaissent la plupart de mes peluches principales, parce qu’elles font partie intégrante de ma vie. Quand je vais en vacances quelque part, j’en amène plusieurs avec moi. Elles font partie de ma famille.

C’est quelque chose qui est complexe à expliquer à quelqu’un qui n’a pas de peluches et évidemment, je ressens toujours un peu la peur du jugement. Les peluches, c’est pour les bébés et les enfants, comment se fait-il qu’à 42 ans, ça prenne encore autant d’espace dans ta vie? On ne m’a jamais posé la question ainsi, mais c’est difficile, avec mon bagage, de ne pas l’entendre sous-entendu quand quelqu’un me demande qu’est-ce que je fais avec des peluches.

Jusqu’à maintenant, j’ai répondu que ça me permet de garder mon coeur d’enfant. C’est une façon de jouer comme une autre. Ça garde un lien précieux avec ma créativité intérieure. Ce sont des personnages que je crée et qui me font rire. Toutes ces réponses sont vraies. Même si je ne l’ai pas encore lu dans un livre de psychologie (si vous, vous l’avez lu, merci de me le partager), jouer est un besoin fondamental. Il n’y a qu’à voir l’attrait des hommes pour les machines. Elles sont plus grosses et plus performantes que leurs jouets d’enfant, mais c’est aussi amusant! Non? Le jeu amène de nouvelles perspectives, ça allège la vie, ça développe le plaisir, la spontanéité. Je ne parle évidemment pas des jeux d’argent qui font tout le contraire.

Ce matin, en partageant une photo de peluches à une amie et en nommant ce que ces peluches m’apportaient, je me suis rendue compte, qu’il y avait une couche plus profonde à leur présence dans ma vie. Je le pressentais déjà, mais il me manquait un morceau de compréhension. Il y a quelques semaines, j’ai commencé un projet de peindre chacune de mes peluches et de faire un jeu de tirage de cartes, ce qui implique de les décrire et de mettre de la lumière sur leur personnalité. Je suis rendue au quart de la création de mon jeu (j’en ai une centaine en tout), mais le pourquoi de l’importance de toutes ces magnifiques créatures dans ma vie n’était toujours par clair.

En fait, parmi toutes les peluches que j’ai, il y en a que j’ai reçues. Il y en a que j’ai achetées parce que je les trouvais belles. Il y en a que j’ai achetées pour d’autres peluches, parce qu’elles me les demandaient (oui, mes peluches parlent et demandent!) Elles n’ont pas toutes le même impact. La plupart sont comme des figurantes, des personnages secondaires (qui peut-être auront un rôle plus déterminant un jour?) et quelques-unes sont très significatives.

Ce sont des peluches significatives que je vais vous parler maintenant, afin d’illustrer comment, quand on se détache de la connotation que c’est pour les enfants, elles sont des outils très puissants!

Balou fait partie de ma vie depuis bientôt 21 ans. J’étais dans ma première année de vie en couple avec un homme qui m’avait réconcilier, par ses cadeaux, aux peluches que j’avais malheureusement délaissé à l’adolescence. Balou est la première peluche qui m’a parlé. Les autres avant ne parlaient qu’entre elles, je n’étais jamais inclus dans le jeu. En d’autres mots, je jouais sans m’inclure. Ce qui est très significatif, parce qu’enfant, les peluches étaient la voix que je m’autorisais à prendre dans ma famille. J’étais complètement effacée, par une culpabilité dont je n’étais même pas consciente à l’époque. D’être rendue en couple, j’étais beaucoup plus affirmée, car ce n’était pas possible de revivre l’effacement que je m’étais imposée enfant et adolescente. C’est comme si je commençais à exister. Balou était à la fois, le symbole de ma présence, la représentation de ce qui m’avait manqué jusqu’à maintenant (une sorte de frère jumeau) et un ami qui me voyait et pour qui j’existais. Il a amené beaucoup de douceur et de tendresse là où il n’y en avait pas eu.

Bébeth

Bébeth est sans doute la plus connue de mes amis plus récents, car elle me suit vraiment partout!! Elle est un peu collante, mais tellement attachante et drôle! Bébeth est arrivée dans ma vie durant mes études en art. J’osais de plus en plus mes couleurs et je m’assumais finalement dans ma créativité. Elle représente l’audace d’exister telle que je suis. Évidemment, j’ai encore beaucoup à apprendre d’elle, car elle n’a pas de filtre et elle ne s’inquiète pas de savoir si elle dérange, puisqu’elle met beaucoup d’énergie pour être dérangeante!! J’apprends Bébeth, j’apprends. Un petit pas à la fois…

Bibitigre

À la base, j’ai acheté Bibitigre à une date symbolique, pour rendre une journée triste plus joyeuse. Au lieu de penser au départ d’une personne que j’aimais, je pouvais aussi penser à l’arrivée de cette petite créature tigrée. Il m’a fallu plusieurs semaines pour l’apprivoiser, car c’est une peluche qui n’a pas de sourire. Pourtant, au fil du temps, j’ai l’impression qu’il sourit de plus en plus. Bibitigre a la personnalité d’un petit enfant. Il voit la vie avec beaucoup d’innocence et passe son temps à faire des demandes. C’est ce qu’il m’apprend à faire. Oser demander. Et bon, il est tellement mignon que c’est difficile de refuser…mais oui!

Minitigre

Minitigre était une demande de Bibitigre. Quand je l’ai commandé, je pensais qu’elle serait la même grandeur que lui, finalement elle est plus grande. Elle est arrivée il y a seulement quelques semaines. Comme avec Bibitigre au début, je suis en apprivoisement. Je sais qu’elle est importante et qu’elle a quelque chose à m’apprendre, mais je ne suis pas tout à fait rendue là. Pour l’instant, elle me renvoie mon propre questionnement. Je pense qu’elle est la manifestation de ma chaman intérieure et qu’elle transmute le négatif en célébration. J’ai hâte de développer plus d’attachement pour elle, de voir à travers elle toute ma grandeur.

Pour moi, les peluches sont des outils de manifestation. Elles me permettent d’incarner les facettes de moi que j’apprends à assumer, à mon rythme, au quotidien. Tout comme la danse, la peinture, l’écriture, le collage, le dessin, la sculpture, animer des peluches permet à l’inconscient d’occuper un espace et de participer activement à l’expression du vivant en soi. C’est un outil à la portée de tous!

Si jamais mon texte vous a inspiré et que vous êtes prêts à assumer de vivre avec une peluche, voici quelques suggestions:

-Faites confiance à votre intuition pour la choisir, car en fait, c’est la peluche qui vous choisit. (pour Bébeth, j’ai à peine donner un coup d’oeil dans sa direction qu’elle m’appelait!)

-Ne lui mettez pas les mots dans la bouche, écoutez-la et répéter ce qui vous vient. C’est peut-être bien votre inconscient qui parle… Si rien ne vient, soyez patient.

-Plus vous lui donnerez de l’attention, plus ce qu’elle représente se manifestera. Mes principales peluches sont presque toujours à côté de moi dans la maison. Heureusement, elles ne parlent que si je leur donne la parole, mais elles sont physiquement présentent et je suis convaincue que c’est justement l’aspect physique de leur existence qui concrétise l’aspect sur lequel je travaille (prendre ma place, exister, oser, etc). Elles ont un rôle similaire à mes peintures d’accompagnement, c’est la puissance du symbole qui agit comme agent de création. Et bon, elles sont douces et toujours prêtes à donner de l’affection au besoin!

Vives les peluches!!!

Je vous souhaite une belle journée pleine de douceur!

Fleuressence

2 commentaires sur « Peluches – outils de manifestation »

  1. Merci pour cette belle incursion dans ton univers. Mes peluches sont mes amies et confidentes de toujours. Je dors encore avec elles (moi itou j’ai 42 ans!). J’ai la chance d’avoir toujours Lapinrose avec moi, qui était là avant ma naissance et m’attendait. Et puis Toutou, mon premier cadeau de Noël, je n’avais même pas un an! Leur présence me rassure et me réconforte dans les journées plus difficiles. Je joue moins avec elles depuis quelques années, car je joue tellement dans la vie de tous les jours. Je les utilise plutôt comme un refuge, un moment de tendresse sécurisant. Un rappel qu’il y a toujours de la douceur et de l’amour quelque part.
    Quand j’étais petite, j’avais demandé à ma Maman si je pourrai me faire enterrer avec elles, lol. elle m’avait répondu « Sûrement, mais probablement que quand tu seras grande, tu n’y penseras plus »… Pas sûre, hihi.
    Longue vie aux peluches!!!
    Merci encore pour ce partage!
    xx
    Lili

    1. Merci à toi pour ce partage Lili! Je dors également avec elles hihi et pour ce qui de leur destin quand je ne serai plus là, j’ai mis une close particulière dans mon testament! Au plaisir de jouer avec toi! xx

Laisser un commentaire